Accueil » balagne » Sant’ Antonino

Sant’ Antonino

Le village de Sant’Antonino

SANT’ ANTONINO est situé au cœur de la Balagne, planté à 500m d’altitude, sur un piton granitique à proximité d’Ile Rousse et de Calvi entre mer et montagne. Sant’ Antonino véritable nid d’aigle, offre une vue imprenable sur la méditerranée, ses 75 demeures soudées les unes aux autres s’enroulent autour du piton granitique formant un embryon de labyrinthe pour mieux résister à l’éventuel envahisseur – les escaliers extérieurs sont raides, les marches hautes. Le tour du village nous entraîne sous maintes voûtes et laisse entrevoir au détour des étroites ruelles qu’il emprunte, l’ancestral four à pain et l’ancien pressoir.

Au sommet du village, se trouvent les vestiges d’anciennes fortifications et une partie du donjon d’où l’on découvre la Balagne, plantée d’oliviers, avec à l’horizon la mer scintillante. Témoignage du passé et gage de pérennité, le village et ses abords constituent aujourd’hui une zone archéologique sensible classée comme l’habitat protohistorique, village et château médiéval. Le caractère authentique des lieux, auquels les automobilistes n’ont que partiellement accès, est totalement préservé.

L’église paroissiale de I ‘Annonciade est édifiée au XVII siècle, à l’écart, dans une prairie. La Chapelle de la Trinité édifiée au XII siècle, est implantée à l’écart du village voisin d’ Aregno. La Chapelle Sainte-Anne des Bergers est située au cœur du village.
L’église paroissiale de l’Annonciade construite au XVII siècle, est dotée d’un élégant campanile à étages et renferme des tableaux anciens, elle possède également un orgue qui date de 1744 signé “Battista Pompost di Pistoia”. L’église paroissiale jouxte La Chapelle de la Confrérie (Chapelle de Bergers).

L’architecture de Sant’ Antonino est simple mais de superbe facture, sous les auspices de la pierre du pays. Le granit des façades est partiellement recouvert d’un crépi qui a vu ses couleurs d’antan gagner la patine inimitable des siècles qui passent . Les fenêtres sont étroites. Jadis, les demeures isolées par d’étroits passages accueillaient chacune «un clan», une famille.

Quand les pièces ne suffisaient plus à abriter la famille qui s’agrandissait progressivement, on construisait un étage supplémentaire.
Certaines maisons ont ainsi trois ou quatre niveaux. Dès le XVIe siècle les habitants ont fait de cette partie de la Balagne un véritable jardin. Tous ou presque vivent du travail de la terre.
En 1782 « Sant’ Antonino » est la seule commune de la Corse dont la totalité du terroir se trouve cultivé. Les oliviers plantés sur le versant du promontoire nécessitent l’édification des murets en pierres sèches, les «tramizi» qui permettent de ramasser les olives. Au début du XIXe siècle, vingt moulins à huile fonctionnent dans le village. Les céréales et les arbres fruitiers, comme les amandiers et les figuiers, assurent eux la prospérité des lieux et des habitants.
Selon la légende les origines de Sant’ Antonino remontent au début du IXe siècle avec l’édification d’une tour ‘de défense sur le piton, place forte dépourvue de remparts qui permet à ses occupants de surveiller les vallées. La chapelle de la Trinité aujourd’hui classée ‘monument historique’ est édifiée dès le XIIe siècle. L’implantation des premières familles date du XIVe siècle. Un siècle plus tard, si le podestat élu est garant du pouvoir ce sont en réalité des chefs, (les Caporali) chargés de la répartition des terres qui l’exercent. Ces hommes deviennent ensuite des chefs de clans, (les Capizzoni). Les guerres et la violence déchirent le village, notamment au XVIe siècle durant la «Guerre des Français» où s’illustre Anton Paoli de Sant’Antonino.

C’est au cœur de ce siècle, à l’issue des batailles, que Sant’ Antonino prend réellement son essor, sous l’influence des Génois. L’église de l’ Annonciation est construite au XVIIe siècle. A la différence de la plupart des communes corses, les terres environnantes, même les plus pentues, sont systématiquement mises en culture: oliviers. vignes. amandiers… même les céréales comme blé et orge, qui sont semées Après la récolte, les grains sont tirés sur des aires de battages. circulaires dont plusieurs sont encore en bon état. Ces céréales constituent non seulement le moyen de substance des familles, mais aussi une précieuse monnaie d’échange. L’autre culture principale est celle des oliviers. Au début du XIXe Le village compte 75 maisons et 360 habitants. dont 30 propriétaires terriens.
Bien qu’associant une douzaine de cépages différents, la vigne ne couvre qu’une surface assez restreinte. Les deux guerres mondiales sonnent le glas du développement local. Seul le tourisme permet d’endiguer le déclin et redonner nu souffle certain dans le milieu des années 70. Grâce à la douceur du climat, à la beauté du panorama et au caractère pittoresque des maisons du village Sant’ Antonino, sous la houlette de ses dynamiques habitants, devient vite l’un des villages les plus prisés de Corse et appartient aujourd’hui’ hui au club très fermé des plus beaux villages de France.

Source :http://www.santantonino.fr/

San Antonino balagne 2

Sant Antonino

Sant Antonino

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s