Campile

Campile

Publicités

L’Entraide Française en Corse libérée en 1944

La Corse est libre, mais les habitants de l’île ont lourdement payé cette libération. Nombre d’entre eux ont perdu un ou plusieurs membres de leur famille. D’autres ont vu leurs maisons détruites par les bombardements et d’autres encore se retrouvent coupés du reste du monde dans les villages reculés.Afin d’aider matériellement les populations sinistrées et veiller à leur santé et leur bien-être, l’Entraide Française Pour la Libération s’est formée en Corse. L’association a ouvert des comptoirs pour accueillir et faire travailler les veuves de guerre et épouses de prisonniers. Des distributions de vêtements, matelas et autres effets sont organisées auprès des nécessiteux.Monsieur Henri BONNET, Commissaire National à l’Information, accompagné du Préfet de Corse, a inauguré le poste d’émission de Radio Corse.La Croix Rouge oeuvre également pour les victimes corses, approvisionnant en vêtements, chaussures et produits divers les villages isolés. En ville, le Secours National a créé une garderie pour les enfants dont les mamans travaillent et les papas combattent.

Émission

Office Français d’Informations Cinématographiques

Ajaccio ,vues diverses (reportage de 1946)

  • Débarquement de poissons (oursins) 2 clichés
  • Le paquebot « SIDI-BRAHIM » dans le port d’AJACCIO
  • INSCRIPTION « SIDI-BRAHIM » à l’avant
  • Déchargement par grue (4 clichés)
  • Marché en plein air dans Ajaccio (4 clichés)
  • VG de la Préfecture de la Corse à Ajaccio
  • Autobus dans Ajaccio
  • Quadrimoteur sur une plage – Statue sur une place, avec palmiers
  • Vue générale de la baie d’Ajaccio et de la ville
  • Promenade au bord de la mer avec palmiers
  • Autre vue de la baie
  • Vieille rue étroite avec linge séchant en travers
  • Le torpilleur « TIGRE » dans le port d’Ajaccio (vue assez éloignée)
  • Dégustation d’oursins à la terrasse d’un café
  • PP d’un plat d’oursins ouverts.