Église Saint-Blaise de Calenzana

L église Saint-Blaise est un édifice de style « baroque italien » importé en Corse, construit entre les xviie siècle et xviiie siècle sur un sanctuaire roman du xiie siècle.

Elle est une ancienne collégiale de chanoines autorisée en 1752 par le pape Benoît XV. Supprimée en 1790, la collégiale avait été rétablie en 1794. Elle disparaît au xixe siècle.

En janvier 1732, le colonel De Vins débarque à Calvi avec 600 soldats d’élite. Le 14 janvier de la même année, il tente d’occuper Calenzana. Il sera défait par la population locale renforcée par le général Giafferi et des troupes de patriotes corses. Une plaque commémorative est apposée au pied du campanile de l’église Saint-Blaise.

L’ensemble « église Saint-Blaise et campanile » a été classé au titre des monuments historiques en 1981[1].

La collégiale renferme de nombreuses œuvres, propriétés de la commune, classées aux Monuments historiques:

  • un orgue de tribune du xviiie siècle, provenant de l’ancien couvent d’Alziprato Zilia. Il est l’œuvre de Saladini Anton Pietro et de Ferrari Antonio, facteurs d’orgues. Seule la partie instrumentale de l’orgue est classée par arrêté du 20 septembre 1995 ;
  • un orgue de tribune (partie instrumentale de l’orgue) du xviiie siècle, classé par arrêté du 20 septembre 1995 ;
  • une plaque funéraire en marbre blanc de Martin Guidoni Bianconi, médecin de Pie VIet de Jacques III d’Angleterre, mort en 1810, classée par arrêté du 16 mars 1908;
  • une plaque funéraire de Joseph M. Massoni, évêque de Sagone en marbre, du xviiie siècle, classée par arrêté du 16 mars 1908[6] ;
  • un maître-autel et un tabernacle en marbre du xviie siècle, classé par arrêté du 16 mars 1908[7] ;
  • une clôture de chœur (balustrade) en marbre du xixe siècle classée par arrêté du 11 juin 1992 ;
  • un bénitier en marbre blanc du xviie siècle, classé par arrêté du 16 mars 1908];
  • un tableau La Dernière Cène du xviiie siècle, classée par arrêté du 24 juillet 2002 ;
  • deux tableaux Le Jugement dernier ou la résurrection des morts et Vierge à l’Enfant avec saint Laurent Justinien et saint Jérôme, peintures à l’huile sur toile du xviiie siècle, classés par arrêté du 26 juin 1990;
  • une statuette Vierge à l’Enfant en bois du xviie siècle classée par arrêté du 16 mars 1908 ;
  • une statue de Sainte Réparate en bois polychrome du xviiie siècle, classée par arrêté du 31 décembre 1971. Cette statue de la sainte martyre Restituta est portée en procession à l’occasion de la fête annuelle célébrée au mois de mai.
  • une statue de saint Antoine en bois polychrome du xviiie siècle, classée par arrêté du 30 décembre 1988 ;
  • une statue du Christ en Croix en bois polychrome du xviiie siècle, classée par arrêté du 30 décembre 1988. Ce Christ ornait le maître-autel de la chapelle de la Confrérie Sainte-Croix.
  • une statue du Christ en Croix en bois polychrome du xviie siècle, classée par arrêté du 30 décembre 1988;
  • un autel latéral marbre polychrome du xviie siècle, classé par arrêté du 9 février 1995 ;
  • trois retables, tableau La mort de saint Joseph du début xixe siècle, tableau Le Couronnement de la Vierge et tableau Les Âmes du Purgatoire, tous deux du xviiie siècle, en stuc sur toile, classés par arrêté du 5 octobre 1989 ;
  • calice et patène en argent doré du xviie siècle classés par arrêté du 11 juin 1992;
  • trois reliquaires en argent repoussé du xviiie siècle, classés par arrêté du 11 juin 1992;
  • un tabernacle en bois doré du xviiie siècle, classé par arrêté du 23 octobre 1989

Modifier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s