Légende : Le lac maudit de Corte : on s’y baigne sans en connaître toujours les mystères

corte-corse-les-gorges-de-restonica

Les ados cortenais s’y retrouvent en nombre et s’approprient les lieux, comme leurs parents et leurs grand-parents l’ont fait avant eux.

Pourtant, son nom étrange évoque des choses autrement plus sinistres. Et l’histoire que les anciens se plaisent à raconter à de quoi faire froid dans le dos. Car on prétend que le lac a été maudit par le geste désespéré d’un homme, à la fin du XIXe siècle.

Juillet 1883. C’est le moment où l’on trace la route de la vallée de la Restonica, qui doit remplacer l’antique sentier muletier. Les ouvriers s’activent et l’on fait même venir un appareilleur de l’Hérault.

Il s’appelle Estève Pascal et débarque dans l’île avec femme et enfants, juste avant que la ville ne soit frappée par une fulgurante épidémie qui fait des dizaines de victimes – 262 précisément – parmi lesquelles la famille de l’appareilleur.

vallee-de-la-restonica

L’homme décide alors de construire un caveau à l’entrée de la vallée, en surplomb d’un petit lac, pour rendre hommage à ses proches décimés.

Une histoire d’épidémie, de statuette de la Vierge et de malédiction

Les mois passent et Estève Pascal ne parvient pas à se remettre de cette perte. Il se rend régulièrement au caveau et, un jour de 1884, dans un accès de fureur et de douleur, profane la statuette de la Vierge posée sur l’édifice et la jette dans le lac.

A Corte, nombreux sont ceux qui connaissent a tomba di l’apparegliore, sans savoir de quoi il s’agit. Dissimulée dans les fourrées, la tombe est difficile d’accès et porte les noms de la famille venue de l’Hérault, dont un bébé « décédé à Corte à l’âge de 44 jours ». Et le lac dans tout ça ? Maudit par le geste de l’appareilleur, il a connu (ou provoqué ?) plusieurs drames au fil des années.

Des légionnaires et des touristes s’y sont noyés. On raconte même qu’une jeune cortenaise aux longs cheveux noirs y a péri dans les années 1920 et que depuis, elle hante les ruelles de la ville et apparaît dans les rêves des gens, la plupart du temps juste avant qu’une catastrophe ne se produise.

Pour les esprits scientifiques, la dangerosité du pozzu viendrait d’un courant fort qui attirerait les baigneurs vers le fond. Quoi qu’il en soit, la malédiction a été levée, par une belle journée de l’été 1979, quand Ange Gambini et Dume Menozzi ont par hasard retrouvé la statuette au fond du lac : « C’était comme si elle nous attendait. Toutes les couleurs étaient intactes. Jamais on aurait pu penser qu’elle avait passé presque un siècle sous l’eau. »

Aujourd’hui, la petite statue est à l’abri et le lac n’a plus de maudit que le nom.

 

source :http://m.corsematin.com/article/corte/le-lac-maudit-de-corte-on-s%E2%80%99y-baigne-sans-en-connaitre-toujours-les-mysteres.2245534.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :