AJACCIO Ecole forcioli conti Classe CM2 En 1964

Publicités

L’usine de liège de Porto Vecchio en novembre 1969

Le chêne liège, appelé « suara » en corse, est une essence cultivée par l’homme depuis le Moyen Âge….

porto-vecchio-chenes-liege.jpg

Le chêne liège est présent du littoral jusqu’à 600m d’altitude. Les peuplements les plus développés (suberaies) sont rassemblés au sud-est de la Corse, dans la région de Porto-Vecchio. Protégés du feu par leur écorce épaisse, les chênes lièges préfèrent les sols meubles et profonds. Cet arbre est fréquemment défolié par les chenilles du bombyx disparate.

Autrefois, l’exploitation du chêne liège était très importante. Le traitement s’effectuait sur place dans des usines. L’exploitation actuelle, très réduite, est directement exportée en Sardaigne.

L’écorce est récoltée pour la première fois lorsque l’arbre a vingt-sept ans, puis, tous les neuf ans environ. La première écorce aux sillons profonds est l’écorce mâle, les suivantes sont les femelles. Le démasclage (décollement des couches extérieures de l’écorce) concerne les couches femelles, ou liège de production, utilisées dans l’artisanat et l’industrie, le rebut étant réservé à la manufacture ou à la trituration (isolation, produits dérivés… Après avoir décollé l’écorce du tronc, on stocke le liège pour permettre son séchage.

L’avènement du plastique entraînera progressivement l’abandon de l’activité liée au liège.

Les suberaies abandonnées sont envahies par un maquis haut tandis que celles qui sont encore exploitées forment des futaies espacées aux sous-bois pâturés.

Ce mileu est très favorable à la tortue d’Hermann qui conserve en Corse de bons effectifs et une structure démographique équilibrée. Cette tortue, en forte régression dans l’ensemble de son aire, trouve dans les bois de chênes lièges des sols profonds où enfouir sa ponte.

Le Chardonneret Élégant, le Pinson des Arbres et la Mésange Bleue sont des hôtes typiques des boisements de chênes lièges. Le Pic Épeiche est le seul oiseau de la famille des pics en Corse, très bien représenté dans la suberaie.

D’après des textes de Guide Gallimard – Corse du Sud.

corse-marchands-de-liege-collection-simon-damiani.jpg

SUARA – CHENE LIEGE ok – L’Amichi di u Rughjone

telecharger document pdf : 09-SUVARA_CHENE_LIEGE

 

Domenico Leca, dit U Circinellu (« le tout rond »), est un prêtre et résistant corse du xviiie siècle.

circinellu-a-l-assaut

Circinellu serait né en 1702 à Guagno, où il a été prêtre, ou à Ortu. Il serait grand de taille et aurait les cheveux roux. Nous pouvons penser que son surnom lui venait de ses cheveux. Il a fait des études à Rome c’est pourquoi sa maison s’appelait a casa romanaghja. Avec lui vivait sa sœur Anghjula-Maria Leca, surnommée Ritondella, qui avait perdu son mari et trois enfants à la guerre.

Partisan de Pascal Paoli et de l’indépendance de l’île, il est une figure de la résistance de la Corse. Il prêta serment sur son autel de ne pas déposer les armes tant que la patrie serait occupée. Il participe à la bataille de Ponte-Novo avec 60 hommes du village qui s’en sortiront. Après la défaite de Ponte Novu et la fin de l’indépendance de la Corse, il galvanise ses troupes et organise la résistance dans sa pieve. Sur son autel il jura « Paoli è Libertà », il refusera toujours de se soumettre aux Français (« i tradimentosi »). Mais il est traqué, ses biens sont dévastés et sa tête est mise à prix par les troupes de l’armée française.

Lorsque Guagno est brulé, il prend le maquis avec sa sœur (et/ou ses nièces). Pour que la répression ne s’abatte sur les siens et sa région, il s’enfuit pour le Fiumorbu. Il est retrouvé mort en 1771 par des bergers dans une grotte au-dessus du village d’Ania (commune de Serra-di-Fiumorbo), un crucifix dans une main, une arme dans l’autre. A Grotta di Circinellu existe toujours, symbole du patriotisme du clergé insulaire durant les guerres d’indépendance de la Corse.

L’église de Circinellu brulée durant la guerre fut placée sous la protection de san Niculau.

Peu d’études lui ont été consacrées alors que Circinellu est un personnage emblématique de l’histoire de la Corse.

Deux chansons lui ont été dédiées afin de l’immortaliser : une écrite par Francis Pinelli (1978), chantée par Antoine Ciosi puis par I Chjami Aghjalesi, une seconde de Maistrale chantée par E Voce di a Gravona.

 

Cascade du Voile de la Mariée Bocognano

La légende du voile de la mariée

Dans un autre temps, un homme riche aimait une jeune fille sans le sou.

Le père de celle-ci était contre cette union.

En dépit de cette opposition ils s’unirent pour le pire et le meilleur.

Le père révolté par l’insoumission de sa fille, fit irruption dans la chapelle ou se célébrait l’union, pour tuer ce gendre inacceptable.

La jeune fille en s’enfuyant avec son mari tomba de la montagne.

Son voile blanc, d’après les on-dit se serait accroché le long de la paroi rocheuse.

Depuis lors à l’endroit même de sa chute, il y a une cascade qui porte le nom de « Voile de la mariée ».