Piedicroce – église paroissiale Saint Pierre et Paul,

piedicroce-interieur-de-l-eglise.jpg

Publicités

CASABIANCA -Ruines du Couvent ou Pascal Paoli fut élu General àl´Age de 29 ans

LA CASABIANCA -Ruines du Couvent ou Pascal Paoli fut élu General àl´Age de 29 ans.jpg

Fondé en 1420 sur la commune de Casabianca en Castagniccia (Haute-Corse), le couvent Saint-Antoine de Casabianca (ou Cunventu Sant’Antone di a Casabianca en corse) est l’un des établissements de l’ordre des servîtes, et est un lieu hautement symbolique dans l’Histoire de la Corse. Il connaît la tenue de nombreuses « consultes » ou réunions des insurgés corses à partir du xviiie siècle. Aujourd’hui en ruines, il ne reste de l’édifice que l’ossature principale accompagnée de son clocher, illustrée de fresques et de décorations encore nettement visibles. Le couvent est resté célèbre pour avoir accueilli en juillet 1755 une cunsulta où Pasquale Paoli fut proclamé Capugenerale di a Nazione Corsa, général en chef de la Nation Corse. Cette date marque le début de son règne ainsi que le début de l’indépendance de l’île, alors sous domination de la République de Gênes. Une plaque commémorative rappelle ces évènements.

Le couvent fût incendié et détruit sur ordre du conventionnel Salicetti, en l’An VIII de la république (1799/1800)

Il était constitué d’une église qui contenait quatre chapelles, et de dépendances. Aujourd’hui, seuls subsistent l’arc doubleau, entre la nef et le chœur, ainsi que les murs périphériques. Le clocher à quatre niveaux, inscrit aux monuments historiques, ainsi que les ruines du couvent (01/1990) domine l’ensemble.

Comme souvent en Corse, ce couvent à servi et sert encore de cimetière, et on peut voir, encore aujourd’hui, des tombes régulièrement fleuries.

 

Le couvent Saint-François d’Orezza

Le couvent Saint-François, aussi appelé le couvent d’Orezza, a été fondé en 1485 par les franciscains.
Désaffecté pendant la Révolution, il reprend de l’importance au 18e siècle, notamment dans la lutte de la Corse contre Gênes.

Plusieurs assemblées consultatives (Consultes) se tinrent dans ce couvent.
En mars et avril 1731, le chanoine Orticoni et des théologiens s’y réunirent pour débattre sur la légitimité de la révolte contre Gênes. Le 20 avril 1731, ils décrétèrent à l’unanimité que la Cause des Corses était « sainte et juste ».

Le 30 janvier 1735, l’assemblée d’Orezza (Sebastiano Costa, Luigi Giafferi et Giacinto Paoli) proclama l’indépendance de la Corse. Elle plaça le peuple corse sous la protection de la Vierge, et le Dio Salvi Regina fut adopté comme hymne national.

Le pape Benoît 14 envoya le franciscain Saint Léonard de Porto Maurizio pour prêcher une mission contre la « vendetta » qui ensanglantait la Corse.

En 1751, une nouvelle constitution y fut votée. Jean-Pierre Gaffori est nommé « Général de la Nation » et il se voit confier le pouvoir exécutif.

En 1790, Pascal Paoli et Napoléon Bonaparte s’y rencontrèrent.

Le couvent abrita la gendarmerie jusqu’en 1934 (effondrement de la toiture). Pendant la seconde guerre mondiale,
les italiens y installèrent un dépôt de vivres et de munitions, puis il fut bombardé et quasiment détruit par les allemands en 1943.

orezza couvent 2orezza couvent