LA FILEUSE

LA FILEUSE.

Mes petites mains ouvrières sont captivées en s’agitant sans s’arrêter.
Le fil se débobine et file entre mes doigts, filer la toison des moutons est devenu un grand art, comme les artistes, je chorégraphie la danse du fuseau.
Ma main gauche tient la quenouille chargée d’une laine choisie, tandis que la main droite l’effile et la roule dans mes doigts humectés et que le pouce flexible imprime au fuseau un mouvement circulaire enroulant le fil soyeux.

Texte : Orchidée Ajaccio.